Europe

#6 – de Trieste à Split (du 27/09 au 11/10/2019)

Nous quittons l’Italie, super motivés d’entrer en Slovénie. Finalement, nous révisons notre géographie en pédalant… Nous ne passerons qu’un moment furtif en Slovénie car la partie littorale de la Slovénie est vraiment très courte. Dommage, ce que nous en avons parcouru était vraiment génial : des pistes cyclables partout et des slovènes qui nous encouragent !

Nous n’avons plus de photos de ces quelques journées car maman mollet a, sans surprise, perdu son téléphone. Il chargeait sur les panneaux solaires à l’arrière du vélo et, visiblement, il était mal attaché… Un peu contrariant au début, nous avons vite relativisé, ce n’est que matériel ! Et heureusement, nous enregistrons les photos sur un drive + PC au fil de l’eau.

Nous atteignons la frontière Slovénie/Croatie très rapidement, le 30 septembre. Après une première nuitée en camping sur la côte, nous réservons notre premier « apartment ». En effet, nous sommes en Istrie, région très touristique de la Croatie. D’énormes resorts sont construits en bord de mer. Ayant des coûts de fonctionnement très élevés, ils ferment dès la fin septembre. Nous fêtons nos 1000 km à vélo dans notre premier Apartman !

Vue de notre balcon

De nombreux cyclo-voyageurs nous avaient indiqué que les conducteurs croates appuient sur le champignon, nous confirmons. Ils frôlent les vélos et roulent relativement vite. La dangerosité de la route + la difficulté pour trouver des campings font que nous ne nous sentons pas super à l’aise. Et c’est difficile à admettre parce que nous aimerions adorer tous les moments de notre voyage. Comme nous en parlions avec mes amies Cathie et Sabrina, le voyage ce n’est pas la vie sur Instagram ! Il y a de nombreux moments d’émerveillements et puis d’autres qui sont juste différents.

Cela ne nous empêche pas de visiter, apprécier ce que le voyage nous apporte. Tous les jours nous nous sentons chanceux de vivre cette expérience et les enfants le verbalisent beaucoup.

Nous essuyons un orage d’une rare intensité qui nous oblige à trouver refuge sous la terrasse d’un restaurant qui semble fermé. Nous faisons souvent les plus jolies rencontres de façon inattendue, quand vous pensez être dans une situation compliquée. Le restaurateur, Igor, nous invite à nous abriter dans son restaurant fermé. Au bout de 20 minutes, nous disons au revoir quand il s’inquiète de nous voir prendre la route vers la ville de Rovinj, très, trop, dangereuse pour lui. Nous restons donc à papoter et essayer de trouver une route alternative ou une autre solution pour rejoindre la ville de Pula où nous devons prendre un bateau le surlendemain. Igor passe de nombreux appels : taxis voiture, taxi bateau… entre coût très élevé et indisponibilité du bateau suite à l’orage, nous trouvons une route + longue mais plus sûre. Nous savons qu’il nous faudra pédaler sur une route vallonnée, challenge accepté !

En attendant, les enfants s’amusent avec Ian et Andréa, un couple d’amis allemand d’Igor.

Nous roulons bien, nous montons aussi ! Et parfois, Gustave s’endort, l’occasion de faire quelques photos rigolotes, lui qui affirme n’être jamais fatigué !

Quand ce n’est pas le dénivelé, c’est la mer qui s’y met ! Pas de problème, on met nos claquettes et on y va !

Nous arrivons à Pula pour prendre le bateau jusque Zadar, qui nous permettra d’avancer plus vite et d’éviter la route principale, très fréquentée. Embarquement à 6h30, nous sommes très excités, la mer est calme. Et puis, viennent les vagues, la houle et le bateau tangue dans tous les sens. 20 minutes de perturbations nous dit le capitaine ; et là nous perdons 4 petits mollets, 4 ! Les photos sont prises après la tempête, certains ont encore du mal à récupérer…

Nous arrivons à Zadar le 4 octobre, jour spécial pour notre cousin Liam, qui fête ses 7 ans ! Nous aurons le plaisir de le voir souffler ses bougies lors d’un appel vidéo.

En arrivant à Zadar, nous découvrons une Croatie moins touristique, des routes moins fréquentées et des routes plus sûres (nous trouvons des portions de l’Eurovelo 8). Il faut dire que nous entamons le mois d’octobre et la saison estivale est terminée. Seuls @lespetitsmollets et quelques allemands sont sur les routes 🙂 Nous trouvons des campings à la ferme, rencontrons des croates plus détendus et les paysages sont juste magnifiques. Tout ceci nous réconcilie grandement avec la Croatie.

Nous nous régalons aussi de nouveaux mets et de nombreux fruits, achetés au coin d’une rue.

Un couple d’allemand nous a conseillé de nous arrêter à Trogir, ville médiévale, plus authentique de Dubrovnik. Nous nous y arrêtons 2 nuits et nous faisons la connaissance de Thomas, notre hôte, d’une incroyable gentillesse. Les parents de Thomas ont entrepris la construction de la maison familiale il y a plus de 20 ans. Puis, embourbés dans les dettes, les fils ont pris la relève et tous habitent aujourd’hui dans cette immense maison intergénérationnelle. C’est souvent le cas en Croatie. Il faut dire que le revenu minimum est bas, 250€. Pourtant, quand nous faisons les courses, les prix ne nous semblent pas plus bas qu’en France. C’est pour cela que nous trouvons des « apartmani » à tous les coins de rues. Les familles croates construisent de grandes maisons, pour y vivre en famille, souvent en cultivant potagers, arbres fruitiers… Et entretiennent 1 ou 2 appartements à la location pour arrondir les fins de mois.

Thomas et sa maman nous offrent 5 kilos de fruits de leur jardin : grenades, mandarines et kiwis. Nous devons garder les kiwis jusque fin novembre dans un sachet pour les faire mûrir. Va falloir caser ça dans les sacoches !

Gustave a même trouvé son nouveau moyen de locomotion !

Nous reprenons la route pour Split le 10 octobre. Petite étape de 20 km normalement, nous en ferons près de 40 pour éviter la D8, la fameuse nationale qui, parfois à 2×2 voies nous fait plutôt penser à une autoroute !

Jeudi 10 octobre, Split est en effervescence, ils reçoivent la Hongrie pour les qualifications de l’Euro 2020 🙂 Plus de places disponibles, dommage !

Nous sommes à Split pour 2 jours afin de prendre le temps de trouver un moyen de transport (Bus ou bateau) pour rejoindre Dubrovnik (car la route entre Split et Dubrovnik est encore une fois une route très fréquentée).

Aujourd’hui, vendredi 11 octobre, nous pensons fort à un grand garçon qui fête ses 5 ans aujourd’hui. Un excellent anniversaire à notre cousin Aeden !

17 réflexions au sujet de “#6 – de Trieste à Split (du 27/09 au 11/10/2019)”

  1. Merci de partager tous ces détails de votre voyage
    Je pense bien à vous et pense à tous mes souvenirs que vous allez garder de cette belle aventure si géniale ! Bravo
    De gros bisous 😘😘😘

    J'aime

      1. Bonsoir Aurelie et la petite famille
        Je rentre du théâtre et avec joie reçois ton message et lis aussi celui de « Soeur Soeur » haaaaa
        J’ai fait mon petit dossier «  les petits mollets » je suis admirative et enjouée pour vous 5
        😘😘😘😘😘🤣🤣🎻🎺🎉🎸🎷🎊😘😘😘

        J'aime

  2. Je n’ai jamais vu Guinguin aussi blanc 😂
    Super d’avoir de vos nouvelles et de connaitre les suites de votre aventure !
    Jeanne, ta remarque m’a fait bien rire 🤣
    Gros bisous à tous

    J'aime

  3. Moi aussi je m’impatientais sans nouvelle
    Vous nous avez habitué dès les départ à un suivi presque quotidien
    Je suis contente de vous voir aussi radieux
    Bonne continuation
    Gros bisous 😘 à vous quatre

    J'aime

    1. Tout va bien ma sœur ! Merci pour le commentaire 🙂 bien longtemps que je n’avais pas lu ce surnom mémorable 😋😂
      Par contre nous sommes bien 5, surtout que le petit dernier pourrait même compter double en surveillance !

      J'aime

  4. Quel plaisir de voir que tout va bien ,c’est une famille heureuse et épanouie qui nous fait vibrer et croire en la nature humaine de part vos belles rencontres et tous ces beaux paysages, continuez à nous faire rêver …. GROS BISOUS AUX PETITS MOLLETS

    J'aime

  5. Superbe reportage, merci pour les nouvelles et de nous faire voyager à travers vos récits et photos. Un gros bisous à vos filles, les supergirls de la route pour les 1000 kms. A bientôt
    Pascal

    J'aime

  6. Bonjour à toute la famille Marteau dont je suis les aventures passionnantes depuis le grand départ!
    J’apprécie beaucoup les reportages et les photos qui illustrent cette grande aventure!
    J’embrasse toute la famille et particulièrement Gustave(bien entendu) qui a l’air de beaucoup s’amuser en toutes circonstances!
    J’écris peu de choses aujourd’hui car je fais un essai communication…
    A bientôt

    J'aime

    1. Bonjour Maîtresse Françoise,
      Un message qui fait du bien ! tout se passe bien sur notre route, les enfants se portent bien (trop bien même parfois !). On se sert de votre petite fiche tout le temps, Gustave la garde précieusement, il pense ainsi souvent à vous et Cassandra et elle nous sert de support, à nous les parents 🙂 Nous espérons que votre nouvelle vie se passe bien et que vous vous reposez de toutes ces années d’enseignement. Belle journée !

      J'aime

  7. Je ne vous connais pas, je suis d’ Evreux mais je suis avec intérêt votre périple car j’ai visité tous les lieux que vous traversez quand j’étais jeune…. c’est vraiment une extraordinaire aventure dont vos enfants garderont certainement un excellent souvenir. Amicalement
    Brigitte

    J'aime

  8. Je mesure pleinement votre volonté à réussir. Respect.
    J’adore la tête d’Alexandre sur le bateau; encore un qui préfère le plancher des vaches (Normandes)
    Bises.
    Philippe

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s