Thaïlande

#12 – de Bangkok à Koh Phangan (du 04/12/19 au 02/01/20)

Quoi ? 1 mois sans article sur ce blog, comme si l’Asie nous avait complètement déconnecté ? C’est un peu ça, en effet !

Nous arrivons le mercredi 4 décembre à Bangkok, après une très courte nuit à bord de l’avion. Nous sommes vaseux et ne comprenons rien à ce que les gentils thaïlandais nous expliquent. L’anglais est la langue internationale, mais d’un continent à un autre, les accents ne se ressemblent pas !

Nous cherchons comment rejoindre notre hôtel avec un taxi ou un van. Remonter les 4 vélos (dont le tandem complètement démonté) sur place nous prendrait au moins 5/6 heures. Avec la fatigue, cela ne nous motive pas. Les taxis ne sont pas adaptés pour tous nos bagages. Nous trouvons une société de limousines et grands véhicules. Bingo, c’est OK pour nous emmener jusqu’au centre de Bangkok (une trentaine de km).

Nous restons 6 jours à Bangkok. Il faut dire que nous récupérons du décalage horaire vraiment lentement. Il n’y a pourtant que 6 heures de plus et nous sommes fatigués mais nos corps n’enregistrent pas le nouveau rythme. On se lève à 9 heures la tête dans la farine et nous ne trouvons le sommeil que vers 2 heures du matin.

Nous découvrons une capitale où ça grouillonne de partout et surtout, pour notre plus grand plaisir gustatif, de la street food de partout. On peut manger pour 3 fois rien dans tous les recoins de la ville en variant les saveurs. Nous avions déjà adoré cela lors de notre voyage au Vietnam en 2010. Bon, il faut se détacher de nos normes d’hygiène occidentales… Tout est exposé sur de petites échoppes, en pleine rue. Pour le moment, nous n’avons pas été franchement malades. Nous avons emporté des gourdes filtrantes, vraiment pratiques pour boire de l’eau du robinet, non potable sans filtre.

Nous réalisons rapidement que cette street food est succulente mais le plastique y est omniprésent. Pour ceux et celles qui nous lisent et prévoient de venir faire un petit tour par ici, nous ne pouvons que conseiller un équipement de base qui vous permettra de déguster de délicieux mets tout en limitant la consommation d’objets à usage unique.

  • une gourde filtrante : nous en avons 5 et nous ne regrettons pas notre choix. Nous pouvons prendre de l’eau du robinet sans aucun problème et pouvons également remplir tous nos contenants dans des fontaines à eau filtrée que l’on trouve un peu partout dans les villages.
  • Des pailles réutilisables : en Europe, nous les avions peu utilisées, nous hésitions même à nous en séparer. En Thaïlande, nous les utilisons tous les jours ! Tout se boit extrêmement glacé ici et une paille est servie dans tous les breuvages, même le café.
  • Une paire de baguettes ou des couverts réutilisables,
  • un contenant : nous avons une boîte « faux tupperware » que l’on traîne depuis l’Italie qui nous sert beaucoup (street food, restes de repas, doggy bag au resto…)
  • Enfin, nous avons acquis ici de grandes tasses en inox, c’est même un de nos cadeaux de Noël 🙂 Nous mangeons moins ici (mais la nourriture n’est pas forcément moins grasse !) et buvons énormément de boissons diverses (thé glacés, cafés glacés, smoothies, granitas…). Nous avons rapidement constaté au bout de quelques jours qu’à chaque boisson consommée, c’était 4 à 5 grands verres en plastiques consommés puis jetés au bout de 20 minutes…
  • Evidemment, un sac en toile, fourre tout. Le nôtre nous a été offert un certain 13 août au soir, lors d’un apéro au Jardin des Plantes, quelques minutes avant de partir à bord d’un train de nuit, sans trop savoir ce qui nous attendait pour les 12 prochains mois. @Balla, on pense à toi tous les jours comme ça 🙂

Voilà, cela ne semble pas grand chose, cela n’efface pas toutes nos autres consommations par ailleurs (avion, bateaux, produits d’hygiène qui ne sont plus bio et naturels ici, les emballages inévitables au supermarché). C’est juste pour partager avec vous notre ressenti et expliquer qu’avec quelques petits trucs en plus dans les bagages, on ne contribue pas ou peu à la pollution du pays visité. Je ne détaillerai pas ici comment s’adapter aux toilettes asiatiques, mais sachez que nous devrions quand même nous inspirer de leurs toilettes ! Point de papier, juste une douchette. Fin de l’aparté 🙂

Une fois sortis de Bangkok, nous sommes agréablement surpris par les routes. Il y a toujours un bas côté large, certainement pour les 2 roues motorisés. Peu de klaxons et une bienveillance sur la route, nous prenons plaisir à rouler au milieu des bananeraies et cocoteraies.

Complicité entre nos 2 filles… C’est ce genre de moments que nous adorons vivre…

La chaleur des Thaïlandais se fait vite sentir ! Ils nous arrêtent pour nous offrir fruits, eau, brochettes… Les enfants sont très souvent pris en photo, cela ne leur pèse pas trop pour le moment.

Le sarouel de Gustave était troué, le serveur offre un short de boxe

Au bout de 2 jours, nous constatons que nous avons du mal à trouver des hébergements peu coûteux ou des endroits où piquer la tente. Nous demandons conseil à un couple nantais à vélo qui nous devance de quelques kilomètres, les @Bohemian bicycle. Ils nous conseille de prendre un train pour descendre un peu plus au sud et atteindre les premiers parcs nationaux où nous pourrons camper plus facilement. Premier test de train en Thaïlande et ça se fait, facilement même ! Superbe expérience qui me fera beaucoup sourire. Nous sommes tellement loin des normes françaises !

Le train arrive avec 1h30 de retard (nos futures expériences nous montreront que c’est assez régulier), il fait nuit noire. Nous avons 6 kilomètres à parcourir pour trouver notre homestay (séjour chez l’habitant). Lorsque nous arrivons à ladite adresse, point de homestay, juste une petite épicerie à qui nous demandons notre chemin. Il s’avèrera que notre homestay est encore à 7 kilomètres, il est 20 heures. L’hôte décide de venir nous chercher pour récupérer nos sacoches et les enfants. L’épicier propose finalement d’amener nos vélos avec son pick up (il refusera de façon catégorique la petite enveloppe que nous voulons lui donner, au moins pour payer l’essence). Les photos sont floues, mais il nous tient à coeur de les partager.

Notre hôte nous arrête au supermarché pour acheter 2/3 petites choses à manger (au 7/11, pour tous les voyageurs de l’Asie, entendez-vous le « ding dong » de l’entrée ?). Nous nous installons dans 2 bungalows très sympas et grignotons nos petits snacks. La gérante vient nous voir et n’arrête pas de répéter « bamboo water ». Yeah yeah okay. Nous ne comprenons pas, nous envoyons les filles (c’est toujours la solution envoyer les enfants, c’est facile et ils sont de bons éclaireurs !). Devant l’insistance de la gérante, nous comprenons qu’elle veut nous montrer quelque chose. OK, on arrive… Et bien, encore une fois, toujours se motiver et rester ouvert à toutes les découvertes qui s’offrent à nous.

Nos hôtes vivent grâce à leur bambouseraie et ils nous apprennent à récupérer l’eau filtrée et purifiée par les bambous. En effet, le bambou se remplit d’eau la journée et la purifie. La nuit, 5 litres d’eau en moyenne sont récupérés ! Dans un pays où l’accès à l’eau potable est problématique, cela fait grandement réfléchir.

Percer un trou à la perceuse, puis fixer un tuyau = 6 litres récoltés en une nuit

Nous repartons le 13 décembre matin en direction de Phraya Nakhon cave. Il s’agit d’une grotte que nous souhaitons visiter, il y a un camping à côté, parfait, nous allons retrouver notre chère tente. Avant ça, nous dégustons un petit déjeuner thaïlandais, loin de nos traditionnelles tartines beurre/confiture. Les enfants se sont vite habitués. Alexandre et moi adorons les petits déjeuners salés donc adaptation très facile pour nous.

Nous arrivons dans l’après midi, parfait cela nous laisse le temps de monter le campement. Mais le camping est finalement inaccessible avec nos vélos, nous nous retrouvons un peu bloqués en bas de la grotte (et du camping). La gérante d’un restaurant doit avoir l’habitude de voir des cyclos coincés dans cette impasse. C’est tout naturellement qu’elle nous invite à planter la tente sur la plage, petit bout de sa propriété (la notion de propriété privée est très importante en Thaïlande). Nous passerons la soirée avec Stephanie et Julian, un couple d’allemand, coincés comme nous et qui ont parcouru le même itinéraire que nous depuis l’Allemagne ! Nous aurons même droit à une douche thaïlandaise, c’est à dire un bac d’eau froide et un petit seau pour se mouiller. Surprenant au début, nous y avons pris goût, avec 30 degrés dehors, la douche froide nous plait 🙂 Une soirée Uno/domino comme on les aime, au bord de la plage. Nous fêtons déjà nos 4 mois de voyage ce soir là !

Le lendemain matin, nous sommes aux premières loges pour aller visiter la grotte. 2 kilomètres d’ascension, la grotte se mérite ! Nous mettrons un certain temps à monter, encore plus longtemps à descendre prudemment, cela en valait la peine, le site est magnifique. Un temple a été construit au coeur de la grotte.

Après cette randonnée de plusieurs heures, nous réaliserons notre plus petite étape de notre voyage, 12 kilomètres ! En effet, le prochain camping est dans un parc national. C’est samedi soir et les thaïlandais aiment camper le weekend pour un moment au vert. Le site est magnifique et nous retrouvons Stephanie et Julian, pour notre plus grand plaisir.

15 décembre 2019, nous continuons toujours notre descente, sans trop savoir où nous arrêter. Nous avons prévu de remonter à Bangkok pour les fêtes. Mais comme d’habitude, nous n’avons rien réservé. Depuis le début de ce voyage, nous ne réservons rien à l’avance. Je crois même que nous jouons souvent avec cette liberté. N’être attendu nul part, par personne. Cela peut sembler bizarre mais c’est très plaisant. Aller où bon nous semble, lorsque nous le souhaitons. Nous y avons vite pris goût, jour après jour.

Depuis que nous sommes en Thaïlande, comme une évidence pour nous 5, nous avons décidé de lever le pied avec les vélos. Nous traînons, littéralement ! Ne plus se donner des dizaines de kilomètres pour objectif, prendre plus de temps. Ce matin là, nous avançons tranquillement (traînons donc !) et voyons une petite kermesse dans une école. Nous nous y arrêtons pour manger et boire. Les enfants et organisateurs, amusés de nous voir, nous invitent à participer aux jeux. Voilà comment se retrouver à tirer à la corde sous 35 degrés. Parents et enfants ont participé. Instants de rigolade assurés !

Il faut quand même commencer à penser sérieusement aux fêtes de fin d’année. Nous avons du mal à réaliser que les fêtes arrivent, c’est un moment important pour les enfants. Grâce aux réseaux sociaux et aux différents groupes de familles voyageuses auxquels nous adhérons, nous constatons que plusieurs familles francophones seront sur les îles du Golfe pour les fêtes. Pourquoi pas ? Nous en parlons aux enfants qui sont d’accord pour descendre et célébrer Noël et nouvel an sur une île. Nous devons avouer que ce programme nous enchante, Alexandre et moi. Nous continuons donc notre route plein sud, jusque Chumpon, ville où se situe les départs de bateaux pour les îles de Koh Tao, Koh Phangan et Koh Samui.

Nous arrivons à Chumpon le 22 décembre, après 400km parcourus depuis Bangkok et prenons le bateau en direction de l’île de Koh Tao, pour fêter Noël. Nous décidons de nous offrir quelques jours dans un resort avec piscine, grâce à aux collègues mécènes de maman. Si vous passez par là, encore un énorme merci, nous nous sommes offerts un petit séjour paradisiaque grâce à vous.

Premier coucher de soleil depuis notre chambre

24 décembre – excitation à 10 000% pour les enfants… « Papa, maman, allons-nous avoir des cadeaux pour ce Noël ? », ah c’est la grande inquiétude. Et la délivrance pour nous, qui trimbalons quelques cadeaux dans nos sacoches, discrètement, depuis l’Europe.

Activité du 24 – baptême de snorkeling !
Jeanne, comme un poisson dans l’eau
Chut, 3 petites chaussettes se remplissent de Playmobil et quelques sucreries

Nous décidons d’aller réveillonner sur la plage animée de Sairee beach. Petite balade sur la plage et restaurant, séquencés par l’ouverture de cadeaux tout le long de la soirée.

Nous passons la journée du 25 décembre à nous balader sur l’île et trouver une petite plage où on peut voir de magnifiques poissons. Nous nous faisons même encercler par un banc de ce que nous pensons être des sardines, impressionnant (vous entendrez que je ne fais pas ma maline) !

26 décembre, il est temps de dire au revoir au personnel du resort qui ont bien gâté les enfants. Nous prenons la direction du port pour aller sur l’île de Koh Phangan où 2 familles francophones nous attendent, les enfants ont hâte !

Nous rencontrons la « vagabond family » et la famille « odysseebeaulavie ». La vagabond family est une famille du sud de la France qui voyage depuis près de 18 mois et font une pause longue durée sur l’île. Ils nous font visiter les plus beaux coins de l’île. L’autre famille vient de Bruxelles. Nous nous entendons tout de suite très bien et les enfants sont contents de pouvoir jouer ensemble. Nous passons une super semaine de vacances en leur compagnie.

Tous les dimanches, l’assocation « trash Hero » organise des nettoyages de plages. avec les vents et marées, la mer rend ces rebuts honteusement jetés par l’homme. C’est moche, c’est triste. Nous n’avons pas compté le nombre de brosses à dents, tongs et pailles ramassés. Nous étions une trentaine de personnes et avons rempli 48 sac en 40 minutes… Inimaginable. Je pense qu’il faut le faire pour prendre conscience qu’un seul petit déchet jeté dans la mer est en fait un désastre pour la faune maritime.

Le dimanche soir, c’est le night market à Chaloklum (quartier où nous résidons, dans le Nord de l’île, c’est très familial). Nous y retrouvons une autre famille française en vacances en Thaïlande avec leurs deux filles et un couple belge. Le genre de soirée que nous adorons à picorer un peu partout !

Lundi 30 décembre, nous décidons de visiter l’île en long en large et en travers, à 12. A nous les plages de Koh Phangan !

Vient déjà le réveillon de la Saint Sylvestre ! Nous avons longuement hésité… Nous avions prévu une soirée raclette ensemble. Mais l’envie de tester l’ambiance Full Moon Party était bien présent. Ce sont des soirées organisées les soirs de pleine lune sur une plage de Koh Phangan. Pas forcément adaptées aux enfants (ni aux parents non plus, nous n’avons plus 20 ans), nous décidons d’y aller pour le passage en 2020, juste s’imprégner de l’ambiance. Les enfants s’équipent de bouchons d’oreille, on se dessine des motifs à la peinture fluorescente et c’est parti ! Le chemin pour y aller est épique, nous devrons sortir de la voiture tellement les côtes sont pentues (et les voitures de location d’un autre temps…). Soirée mémorable, évidemment !

Nouvelle année oblige, nous commençons l’année par une journée repos. Nous réalisons que 2020 est l’année de notre retour mais, comme pour mieux se rassurer, nous nous disons que nous ne sommes pas encore à la moitié de notre voyage, ouf.

Nous nous retrouvons toutes les familles pour un coucher de soleil sur zen beach. Cette plage est réputée pour son côté alternatif. L’occasion de boire un petit cocktail de fruits et écouter de la musique live.

Nous aimerions que le temps s’arrête un peu ici. Nous devons partir le lendemain et pourtant nous n’en avons pas trop envie. Surtout que nous savons que les trains sont complets pour remonter sur Bangkok et resterions bien quelques jours de plus. Mais en voyage au long cours, il faut aussi savoir faire des choix raisonnables, il faut tenir budgétairement dans la durée, alors nous profitons juste de nos nouveaux amis de voyage et de cette soirée en se rappelant combien cette vie nomade est juste inouïe. L’année prochaine, nous passerons les fêtes de fin d’année avec 0 degré entourés de nos proches et nous nous remémorerons ces instants ensoleillés et chaleureux avec une pointe de nostalgie.

Comme vous avez pu le lire, c’était un mois sans article mais malgré tout un mois riche en aventures ! Celui qui nous aura fait débuter notre aventure en Asie. Nous nous sentons vraiment bien ici, en Thaïlande et sommes contents d’avoir étendu notre séjour avec les visas. Il faut dire aussi, pour ceux qui souhaiteraient venir pédaler dans ce pays, que le quotidien est vraiment léger et simple. Nous n’utilisons plus nos ustensiles de cuisine (réchaud, popote) car la street food reste ce qu’il y a de plus économique et de plus savoureux !

2 janvier 2020 (bon anniversaire Papy !), nous saluons nos amis en nous promettant de nous revoir (bizarrement les routes du monde sont petites entre voyageurs) et disons au revoir à cette île qui nous aura marqué.

Derniers coups de pédale, les sacoches sont emmenées par nos amis au port

Nous mettons le cap sur le Nord, grâce au train de nuit et allons en direction de Chiang Mai.

Il ne nous reste plus qu’à vous souhaiter une excellente année 2020. Que cette année soit remplie de petits bonheurs au quotidien. Osez imaginer vos rêves et prenez soin de vous et de vos proches. Parfois, même les rêves les plus fous se réalisent un jour…

5 réflexions au sujet de “#12 – de Bangkok à Koh Phangan (du 04/12/19 au 02/01/20)”

  1. Coucou les amis, encore un bon moment passé en votre compagnie.!Sympathique cette fin d année. Votre article a inspiré Audran. Il a dit « ce n’est pas un voyage qu ils font, c’est une aventure ». Encore une très belle année à vous quatre. On vous embrasse

    J'aime

  2. Bonne année à vous 5 et merci de ce beau récit de votre fin d’année. S’il vous plaît ne pensez pas au retour,il y a encore tant de belles choses à voir et à vivre. Continuez votre belle aventure familiale et que tout roule pour les petits mollets pour 2020.

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s